Les femmes du #cubisme

Le cubisme était une nouvelle approche révolutionnaire de la représentation de la réalité inventée vers 1907-08. Les artistes les plus reconnus ont été Pablo Picasso et Georges Braque, mais des femmes comme Maria Blanchard et Alice Bailly ont été aussi très importantes qu'eux pour comprendre ce mouvement artistique.

La Pianiste, María Blanchard (1919).
La Pianiste, María Blanchard (1919). Détail.

Le cubisme propose une déconstruction conceptuelle du réel, jamais abstraite, mais en démultipliant les points de vue sur l’objet. Les sujets sont souvent empruntés au quotidien.


L’histoire du cubisme canonique s’éteint avec la Grande Guerre, qui marque une rupture dans le monde des avant-gardes. Des déclinaisons du cubisme existent également à l’international, et dans d’autres pratiques artistiques telles que la sculpture et l’architecture.


Étape décisive de l’histoire de l’art, ce mouvement est l’une des voies qui ont conduit l’art moderne vers l’abstraction.

« Le cubisme est l’art de peindre des ensembles nouveaux avec des éléments empruntés non à la réalité de vision, mais à la réalité de conception. » Guillaume Apollinaire

Ils cherchent à représenter le réel non pas mimétiquement, mais en le géométrisant, sans jamais atteindre l’abstraction. Les formes se découpent en de multiples facettes, comme autant de «cubes», montrant l’objet selon une perspective impossible dans la réalité. Les artistes ne cherchent plus la représentation en trois dimensions (illusionniste), mais en quatre dimensions, ce qui atteste de la nature conceptuelle de leur dessein esthétique.


Voyons qui étaient certaines des femmes du cubisme...


María Blanchard

María Gutiérrez Blanchard est née à Santander le 6 mars 1881 dans une famille bourgeoise et est décédée en 1932. En 1903, María se rend à Madrid pour étudier la peinture de manière professionnelle.


À l'académie de María Vassilief, María est entrée en contact avec un courant artistique nouveau et novateur, le cubisme, dont elle allait devenir l'une des principales représentantes. Maria a déménagé à plusieurs reprises en Espagne, où elle a passé de longues périodes, mais sa place était à Paris, où elle s'est installée définitivement.

"Son passage au cubisme a produit les meilleures œuvres du mouvement, hormis celles de notre maître, Pablo Picasso." Diego Rivera
Le joueur de luth, María Blanchard (1917/18).
Le joueur de luth, María Blanchard (1917/18).

Natalia Gonchorova

Natalia Gonchorova est née en 1881 à Ladyzhino et est morte en 1962 à Paris. Véritable avant-gardiste, elle a expérimenté divers mouvements et interagi avec un grand nombre d'artistes de l'époque, ce qui l'a amenée à mûrir sa propre vision de l'art et à créer un style original et unique.


Avant de créer Rayonism, elle a réalisé, avec Mikhail Larionov, des œuvres cubofuturistes dans lesquelles elle a utilisé le facettage des plans et la coexistence de plusieurs points de vue dans une même œuvre.


Lino (1912), par exemple, est une œuvre qui ironise également sur le regard que les futuristes portaient sur les femmes, considérées uniquement comme des ménagères et des responsables du foyer, niant ainsi leur capacité créative.

Lino, Natalia Goncharova (1912)
Lino, Natalia Goncharova (1912)

Françoise Gilot

Fracoise Guillot est née dans une famille bourgeoise le 26 novembre 1921 à Neully-sur-Seine.


Elle rencontre Picasso alors qu'elle n'a que 21 ans, en 1943. Paris est occupé par les Allemands et elle dîne au Catalan avec des amis. Picasso a 61 ans, il est marié et a une maîtresse, Dora Maar.


La peinture de Françoise Guillot est un mélange de figuration et d'abstraction, influencée à un moment donné par le cubisme de Picasso, qu'elle réalise avec des lignes plus douces sans les sommets de l'artiste.


Cette peinture, The Tea, 1959, en est la preuve. Cette toile est une interprétation presque débile d’un des passe-temps les plus civilisés. La scène suggère une certaine quantité de chaos dans une scène qui devrait en temps normal renvoyer au calme.

Le thé, Francoise Gilot (1959).
Le thé, Francoise Gilot (1959).

Alexandra Exter

Alexandra Exter est née à Belostok en 1882 et est morte à Fontenay-aux-Roses en 1949.


Elle était une figure de proue de l'art russe d'avant-garde. Elle entre en contact avec les cubistes et les futuristes à Paris et assimile et réinterprète ces nouvelles tendances, qu'elle diffuse ensuite dans son pays.


Après avoir terminé ses études artistiques à Kiev, Exter s'installe à Paris en 1908, où il suit les cours de l'Académie de la Grande Chaumière. Il entre bientôt en contact avec Pablo Picasso, Guillaume Apollinaire,Max Jacob et Fernand Léger et adopte le cubisme comme son propre style, bien qu'il ne renonce jamais à la couleur.


Elle rencontre également des représentants du futurisme italien, comme Filippo Marinetti, avec qui il partage un intérêt pour la représentation du rythme et du mouvement. Jusqu'au début de la Première Guerre mondiale, Exter vit à Paris, mais se rend fréquemment à Kiev et à Moscou.

Nature Morte, Alexandra Exter (1913)
Nature Morte, Alexandra Exter (1913)

Les mercredis de 19 à 22h nous vous attendons dans les Atelier-Apéro de Peinture et histoire consacré à l'histoire des mouvements les plus importants de l'art moderne à travers les femmes artistes qui en ont fait partie. ​



Sources

  • Mujeres en la historia

  • La pajarera

  • Barnie's

  • Musée Thyssen

5 vues0 commentaire