Dora Maar

Dernière mise à jour : 22 sept. 2021


Dora Maar était une artiste qui a vécu pendant presque tout le vingtième siècle. Aujourd'hui, elle est surtout connue pour avoir été la muse de la Femme en pleurs de Picasso. Cependant, le travail de Maar était radical, politique et novateur en soi. Elle a inspiré les photographes, les surréalistes et Picasso lui-même.


Dora de Buenos Aires à Paris

Née Henriette Theodora Markovitch en 1907, l'artiste a été élevée entre l'Argentine et la France. Éduquée, ayant beaucoup voyagé et soutenue par sa famille, elle a pu poursuivre une carrière artistique.


Elle a étudié les arts appliqués et la peinture dans l'une des écoles d'art les plus progressistes de Paris. Elle a ensuite étudié la photographie.





Dora businesswoman

Disciplinée et talentueuse, Maar a rapidement maîtrisé ce médium. Elle a décidé de se lancer dans la photographie commerciale, peut-être parce que c'était un choix de carrière plus fiable et financièrement plus stable. Maar s'est rapidement fait un nom en acceptant des commandes de mode et de publicité.


Dora engagée

Elle a voyagé également pour documenter les conditions sociales difficiles. Elle a été proche à l'époque du groupe Octobre, pour un théâtre "prolétarien", avec Jacques et Pierre Prévert. Elle a participé aussi au groupe de Contre-attaque qui réunit des intellectuels et artistes de gauche antifascistes.


Elle a participé en 1935 à l'exposition "Documents de la vie sociale", organisée par la section photo de l'AEAR, Association des artistes et écrivains révolutionnaires.





Dora peintre

À la fin des années 1920 elle est revenue à la peinture. Elle s'est consacrée à ce médium pour le reste de sa vie, en essayant de nombreux styles et techniques différents.


Dora partner

En 1931, elle ouvre un studio de photographie avec le scénographe Pierre Kéfer sous le nom de "Kéfer -Dora Maar".


Spécialisé dans les portraits, les nus, la mode et la publicité, le studio connaît un immense succès.

Dans les années 1930, les femmes photographes obtiennent des commandes qui, historiquement, étaient accordées aux hommes.





Dora contre l'idée de "femme moderne "

Les photographies commerciales de Maar étaient innovantes et expérimentales. Elle utilisait des éclairages et des ombres spectaculaires ainsi que des techniques comme le collage et le photomontage qui mêlent la fantaisie et la fiction.


Cela semble reconnaître que l'idéal de la "femme moderne" était une aspiration et ne représentait pas la réalité vécue par la plupart des femmes.





Dora, photographe de rue

Il est impossible de séparer l'œuvre et la carrière de Maar de l'époque politique qu'elle a traversée. Après la crise économique de 1929, les conditions sociales se sont détériorées en Europe et aux États-Unis.


Le nombre de chômeurs et de personnes vivant dans la pauvreté a considérablement augmenté. Comme de nombreux photographes de sa génération, Maar se sent poussée à observer et à enregistrer les membres les plus défavorisés de la société. Elle a emporté son appareil photo dans les rues de Londres, de Paris et de la Costa Brava, dans la région catalane d'Espagne.


Les sujets récurrents pour Maar étaient les aveugles, les sans-abri, les mères avec leurs bébés dans les bras et les enfants qui jouent. Maar a tourné avec un appareil photo Rolleiflex. Cela lui a permis de photographier rapidement des scènes. “La rue a tellement changé, vous ne trouvez pas ? C'est plus extravagant... mais en même temps, ce n'est plus intéressant, c'est banal…” 1920





Dora, influence de Picasso

Fin 1935 ou début 1936, Maar rencontre Pablo Picasso. Ils sont devenus amants peu de temps après. Elle était au sommet de sa carrière, alors qu'il sortait de ce qu'il décrivait comme "le pire moment de ma vie". Il n'avait pas sculpté ni peint depuis des mois. Leur relation a eu un impact énorme sur leurs deux carrières.


Maar documente la création de l'œuvre la plus politique de Picasso, Guernica 1937, encourage sa conscience politique et l'éduque à la photographie. Plus précisément, Maar a enseigné à Picasso la technique du cliché verre - une méthode complexe combinant la photographie et la gravure.


Picasso a peint Maar dans de nombreux portraits, dont La Femme en pleurs 1937. Cependant, Maar a expliqué qu'elle avait le sentiment que ce n'était pas un portrait d'elle. Il s'agissait plutôt d'une métaphore de la tragédie du peuple espagnol. Picasso a également encouragé Maar à revenir à la peinture. Les traits aplatis et les contours gras des portraits de style cubiste que Maar a réalisés à cette époque suggèrent l'influence de Picasso.





Dora, surréaliste

Maar s'est impliqué dans les surréalistes à partir de 1933 et a été l'un des rares artistes - et encore moins de femmes - à être inclus dans les expositions des surréalistes. Elle est devenue proche du groupe en raison de leur politique de gauche.


Les photographies et photomontages de Maar explorent des thèmes surréalistes tels que l'érotisme, le sommeil, l'inconscient et la relation entre l'art et la réalité. Des cadres coupés, des angles dramatiques, des juxtapositions inattendues et des gros plans extrêmes sont utilisés pour créer des images surréalistes.


Contrastant avec l'idée d'une photographie comme un enregistrement factuel, les scènes de Maar désorientent le spectateur et créent de nouveaux mondes. Contrairement à de nombreux autres créateurs de photomontages de cette époque, Maar n'a pas utilisé de photographies tirées de journaux ou de magazines illustrés.


Au lieu de cela, les images provenaient souvent de son propre travail, comprenant à la fois des photographies de rue et de paysage. Cette expérimentation et cette construction évidente sont devenues une caractéristique déterminante du travail de Maar.





Dora ne cesse jamais de créer

Les années 1940 ont été marquées par une série de traumatismes. Le père de Maar quitte Paris pour l'Argentine, sa mère et son meilleur ami Nusch Eluard meurent, sa relation avec Picasso prend fin et ses amis s'exilent.


La difficulté de cette époque se reflète dans certaines de ses œuvres de cette période. Maar a participé à de nombreuses expositions de groupe et individuelles dans les années 1940 et 1950.

Au milieu des années 1940, elle commence à passer plus de temps dans les environs ruraux dans le sud de la France.


C'est là qu'elle a repris confiance en elle en tant que peintre et a développé son propre style de paysages abstraits. Exposée dans toute l'Europe, cette œuvre a reçu des critiques très positives.


Dans les années 1980, Maar revient à la photographie. Cependant, elle ne s'intéresse plus à la photographie de la vie dans la rue. Elle s'intéresse plutôt à ce qu'elle peut créer dans la chambre noire et expérimente avec des centaines de photogrammes (photographies sans appareil photo).


Dora Maar est décédée le 16 juillet 1997, à l'âge de 89 ans. Tout au long de sa vie, elle a créé une gamme d'œuvres vaste et variée, dont une grande partie n'a été découverte qu'après sa mort.





Dora Maar fue una artista que vivió casi todo el siglo XX. Hoy en día, es más conocida como la musa de la Mujer llorando de Picasso. Sin embargo, el trabajo de Maar era radical, político e innovador en sí mismo. Inspiró a fotógrafos, a los surrealistas y al propio Picasso.


Dora de Buenos Aires a París

Nacida Henriette Theodora Markovitch en 1907, la artista se crió entre Argentina y Francia. Educada, viajada y apoyada por su familia, pudo seguir una carrera artística.


Estudió artes aplicadas y pintura en una de las escuelas de arte más progresistas de París. A continuación, estudió fotografía.





Dora empresaria

Disciplinado y con talento, Maar dominó rápidamente el medio. Decidió dedicarse a la fotografía comercial, quizá porque era una opción profesional más fiable y estable desde el punto de vista económico. Maar se hizo rápidamente un nombre aceptando encargos de moda y publicidad.


Dora comprometida

También viajó para documentar condiciones sociales difíciles. Estuvo cerca del grupo de octubre, por un teatro "proletario", con Jacques y Pierre Prévert. También participó en el grupo Contre-attaque, que reunía a intelectuales y artistas antifascistas de izquierdas.


En 1935 participa en la exposición "Documents de la vie sociale", organizada por la sección de fotografía de la AEAR, Association des artistes et écrivains révolutionnaires.





Dora como pintora

A finales de la década de 1920 volvió a pintar. Se dedicó a este medio durante el resto de su vida, probando muchos estilos y técnicas diferentes.





Dora-socia

En 1931 abrió un estudio fotográfico con el escenógrafo Pierre Kéfer bajo el nombre de "Kéfer -Dora Maar".


Especializado en retratos, desnudos, moda y publicidad, el estudio tuvo un gran éxito.

En la década de 1930, las mujeres fotógrafas obtuvieron encargos que históricamente se habían concedido a los hombres.





Dora contra la idea de la "mujer moderna"

Las fotografías comerciales de Maar eran innovadoras y experimentales. Utilizó una iluminación y unas sombras dramáticas, así como técnicas como el collage y el fotomontaje, que mezclan fantasía y ficción.