Sophie et Hans : entre l'abstraction et l'action

Hans Arp et Sophie Taeuber-Arp sont deux des artistes les plus importants de l'avant-garde du vingtième siècle. Pionniers de l'art abstrait, ils ont créé une œuvre unique...



Sophie Taeuber a étudié le dessin à l'école des arts appliqués de Saint-Gall, en Suisse, de 1908 à 1910, mais elle souhaitait être exposée à un plus large éventail d'idées et s'est rendue en Allemagne pour étudier le design textile. En Allemagne, sa scolarité reflète son intérêt pour divers domaines et son mécontentement à l'égard des frontières et des programmes stricts, puisqu'elle fait des allers-retours entre l'atelier d'enseignement et d'expérimentation pour les arts appliqués et libéraux de Munich et l'école d'arts appliqués de Hambourg. De 1911 à 1913, elle étudie non seulement le design, mais aussi la danse, le tissage et le travail des perles.



En 1915, elle est retournée à Zurich où vivait sa sœur. Elle commence à créer des peintures et des sculptures non représentatives, influencées par sa formation en design textile et le cubisme. Parallèlement, elle poursuit son travail dans les arts appliqués et son étude de la danse moderne. L'artiste et poète français Hans Arp s'est réfugié en Suisse à cause de la Première Guerre mondiale et ils se rencontrent à l'automne 1915. Ils commencent à collaborer sur des œuvres artistiques, et une romance s'ensuit. Sa vie à cette époque se composait de trois volets imbriqués : Dada en tant que cercle social et production artistique, une carrière dans les arts appliqués et l'étude de la danse moderne.



Tous deux sont actifs à l'époque de l'apogée de Dada à Zurich, de 1916 à 1919. La Suisse était restée neutre pendant la Première Guerre mondiale et attirait une foule internationale d'artistes mécontents ou réfugiés, avec lesquels Taeuber et Arp ont sympathisé. La participation de Taeuber à Dada a pris de nombreuses formes, notamment celle de danser dans des spectacles d'avant-garde au Cabaret Voltaire, un lieu important de la scène Dada de Zurich. Le Cabaret Voltaire, fondé par Hugo Ball et Emmy Hennings, présentait de la poésie et des arts visuels radicalement expérimentaux. Taeuber-Arp a conçu des costumes, des décors et même des marionnettes pour les spectacles Dada. Ses danses au Cabaret Voltaire incorporaient les principes modernistes radicaux du mouvement expressif. Elle a collaboré avec d'autres artistes Dada, notamment son futur mari Hans Arp, en produisant des spectacles, des danses, des écrits et des œuvres d'art. En 1918, elle est cosignataire du Manifeste Dada de Zurich.


Le 20 octobre 1922, ils se marient et Sophie change son nom de famille en Taeuber-Arp. Les années 1920 sont une période de voyages fréquents pour le couple. Leurs vacances incluent d'autres amis du cercle Dada tels que Tristan Tzara, Max Ernst et Hannah Höch. Le couple s'associe à un cercle international d'artistes d'avant-garde tels que Francis Picabia, Lajos Kassak et Kurt Schwitters. Notamment, en 1926, ils ont commencé à travailler sur une commande visant à concevoir l'intérieur du Café de l'Aubette à Strasbourg, en France. Ils travaillent avec l'artiste néerlandais et cofondateur du mouvement De Stijl, Theo van Doesburg, pour créer un espace intérieur qui ressemble à une composition constructiviste écrite en grand sur les murs et les plafonds.


Café de l'Aubette à Strasbourg
Café de l'Aubette à Strasbourg

Après la Première Guerre mondiale, de nombreuses connaissances du couple s'étaient installées à Paris, alors centre de l'avant-garde. En 1928, les Arp s'installent à Meudon, à environ 8 km au sud de Paris, où ils vivront jusqu'en 1940. Taeuber-Arp est à l'apogée de sa carrière en termes d'organisation, d'écriture et d'exposition de son art abstrait et pluridisciplinaire. Hans et elle rejoignent le groupe Cercle et Carre en 1930, puis le groupe Abstraction-Création en 1931. Ses œuvres ont été incluses dans l'importante exposition Cercle et Carré aux Galeries 23 à Paris en 1930. Taeuber-Arp est la fondatrice et l'éditrice de la revue d'art constructiviste Plastique (1937-39), qui lui permet de rester en contact avec d'importantes personnalités de l'avant-garde. Des années 1930 jusqu'à sa mort prématurée, elle a créé une série de tableaux au trait et de reliefs en bois qui ont continué à explorer son intérêt de longue date pour l'abstraction géométrique, tout en travaillant sur d'autres supports.


Theo et Nelly van Doesburg, Hans Arp, Sophie Taeuber-Arp et Frederick et Steffi Kiesler sur le balcon du logement parisien de Kiesler, 1930.
Theo et Nelly van Doesburg, Hans Arp, Sophie Taeuber-Arp et Frederick et Steffi Kiesler sur le balcon du logement parisien de Kiesler, 1930.

Le couple s'enfuit dans le sud de la France lorsque les nazis envahissent Paris en 1940. Ils y créent une colonie d'artistes éphémère avec Sonia Delaunay. Fin 1942, le couple retourne à Zurich. Ils tentent d'obtenir un passage vers les États-Unis, mais avant qu'ils n'y parviennent, Taeuber-Arp meurt dans son sommeil le 13 janvier 1943. La cause en est un empoisonnement au monoxyde de carbone provenant d'une cuisinière à gaz défectueuse.


Source :

  • The art story


3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout