Historiennes et théoriciennes de l'art : Andrea Giunta

Dernière mise à jour : 5 oct. 2021

À partir des années 1970, l'histoire de l'art a commencé à changer : historiens et théoriciens ont commencé à l'écrire dans une perspective de genre, dans le but de sortir de la marginalité des artistes négligés, de mettre sous la loupe les mécanismes d'exclusion au sein du monde de l'art et d'analyser comment l'image féminine était construite dans les œuvres.


Nous commençons une nouvelle section au sein de L'histoire de l'art revisitée consacrée à ces femmes savantes qui ont réécrit et réécrivent l'histoire. Aujourd'hui : Andrea Giunta.


Andrea Giunta à côté de son livre sur l'art latino-américain et le féminisme (photo de Santiago Saferstein)
Andrea Giunta à côté de son livre sur l'art latino-américain et le féminisme (photo de Santiago Saferstein)

Andrea Giunta (1960, Buenos Aires) est historienne de l'art, chercheuse et commissaire d'expositions d'art argentine.


Elle a participé et participe à la direction de plusieurs espaces de recherche artistique et d'exposition. Elle a également enseigné dans des universités du monde entier.


Elle a écrit plusieurs livres sur l'art politique et le féminisme. Entre eux : Féminisme et art latino-américain : histoires d'artistes qui ont émancipé le corps (2018).


En plus, avec Cecilia Fajardo Hill, elle a été le commissaire de l'exposition Radical Women: Latin American Art, 1960–1985 (Hammer Museum) en 2017.


Vue de l'exposition Femmes radicales : Art latino-américain, 1960-1985. Section "Mapping the Body". Hammer Museum, Los Angeles, 2017. Foto : Brian Forrest Radical women
Vue de l'exposition Radical Women. Section "Mapping the Body". Hammer Museum, Los Angeles, 2017. (Photo Brian Forrest)

Écrit par Lucía Galluzzo